Y’a pas si longtemps

Extension du domaine de la lutte

Je n’ai jamais lu le livre, ni vu le film qui en a été tiré.
Mais j’aime beaucoup ce titre.

Je trouve qu’il résume une certaine condition humaine.
Rien de bien universel, juste les considérations d’un habitant de l’hemisphère Nord.

L’EXTENSION, c’est un peu le mouvement perpetuel que m’imposent:

  • mon boulot,
  • le trajet pour aller à mon boulot,
  • la perspective du trajet pour aller à mon boulot
  • les reflexions sur les perpectives de modification du trajet pour aller à mon boulot (spéciale dédicace à Guyancourt)

La LUTTE, elle, est devenue plus subtile depuis que mes horaires ont pu être adaptés. Mais elle continue :

  • pour une place dans le RER
  • pour une place en face de la belle fille dans le Rer (et merde c’est encore un transexuel !!!)
  • pour le dernier croissant dans la vitrine (et merde il est pas bien cuit)
  • pour s’échapper du wagon où des hordes de classes de primaires s’entassent (et merde y’en a un qui vient de gerber)
  • pour éviter la chanteuse au long cou qui chante « Je ne regrette rien » (et pourtant il y aurait de quoi)

L’Extension et la lutte : que d’émotions !